Magasin fermé du 11 au 31 janvier 2019

Le blog des Soeurs Macarons

  1. Le Macaron : une icône de la pâtisserie Française.

    Le secret du Macaron Historique est toujours bien gardé depuis 1793.

    Lire plus »
  2. L'histoire du Macaron de Nancy

    Pour en savoir un peu plus sur l'histoire du Macaron de Nancy.

    Le Macaron de Nancy est entré dans le patrimoine gastronomique des Nancéiens.

    Le véritable Macaron de Nancy ? C’est le « Macaron des Sœurs ». Délicieux biscuit croquant au cœur tendre, composé naturellement d’Amandes de Provence, de blanc d’œuf et de sucre. Sa recette reste secrète, et ce depuis 1793. C’est Nicolas GENOT de la Maison des Sœurs Macarons, qui possède aujourd’hui ce secret de fabrication.

    Notre Maison est construite sur une tradition plusieurs fois centenaire. Elle témoigne d’une passion commune, sur la transmission d’un savoir-faire impénétrable. Le Macaron des Sœurs possède lui aussi son histoire particulière…

    Une histoire de plusieurs siècles

    C’est Catherine de Médicis (devenue Reine de France), qui à la Renaissance aurait apporté dans ses bagages de nombreuses pâtisseries italiennes.
    Sa petite fille Catherine de Vaudémont (Catherine de Lorraine, fille du Duc de Lorraine Charles 3), devenue Abbesse de Remiremont, fonde en 1624 une Abbaye au cœur de Nancy. Celle-ci deviendra le Monastère de Notre Dame de la Consolation en 1631. Sa nièce, Marguerite de Lorraine, fait fonder en 1668 le couvent des Dames du St Sacrement. Les règles y sont très strictes, la consommation de viande est interdite. Les Sœurs fabriquent ainsi grand nombre de pâtisseries, dont le fameux Macaron. Lors de la révolution, en 1792, un décret supprime les congrégations religieuses, qui sont alors expulsées de leur couvent.

    C’est alors que 2 Sœurs, Marguerite GAILLOT (Sœur Suzanne) et Marie MORLOT (Sœur Marie-Elisabeth) se réfugient chez le Dr GORMAND (médecin de la Communauté), au numéro 10 de la rue de la Hache. Pour remercier la famille, les 2 Sœurs décident de fabriquer les fameux Macarons, puis les commercialisent. La réputation de ce biscuit grandit, les Sœurs deviennent rapidement très connues et on les surnomma les « Sœurs Macarons ».
    La ville de Nancy leur rendra honneur en 1951 (ou 1952), en rebâtisant une partie de la rue de la Hache « Rue des Sœurs Macarons ». A la mort de Marguerite, Marie-Elisabeth bien décidée à ne pas divulguer le secret de fabrication, appelle auprès d’elle sa nièce Elisabeth MARCHAL et son mari Nicolas MULLER, originaires de Savigny (Vosges). Tous deux deviennent pâtissiers et propriétaires et continuent la fabrication durant 3 générations.
    En 1876, leur succède la famille MOINEL pendant 3 autres générations puis la famille APTEL en 1935 et enfin la famille GENOT depuis 1991.
    En 1958 (ou 1952) Georges et Roger APTEL achètent un commerce de confiserie au 21 rue Gambetta et le transforment en lui donnant un peu plus tard l’enseigne « Maison des Sœurs Macarons ».
    Jean- Marie GENOT, pâtissier, devient en 1991 le dépositaire de la marque « Macarons des Sœurs », et c’est en 2000 que lui succède son fils Nicolas GENOT.

    Les successions

    A la mort de Marguerite, Elisabeth MORLOT demande de l’aide à sa nièce Elisabeth MULLER épouse MARCHAL (originaire de Savigny), et lui transmet le secret de la recette des Macarons. Les époux MULLER-MARCHAL transmettent le secret à leur fils Mr MULLER, puis se succède deux générations de MULLER.
    • 1854 - 1876 : Elisabeth MULLER, épouse WAGNER (arrière petite nièce de Sœur Elisabeth MORLOT)
    • 1876 - 1903 : Hector MOINEL (arrière petit-neveu de sœur Elisabeth)
    • 1903 - 1919 : Alfred MOINEL (frère de Hector MOINEL et arrière petit-neveu de sœur Elisabeth)
    • 1919 – 1935 : Georges MOINEL fils
    • 1935 – 1966 : Georges APTEL
    • 1966 – 1991 : Roger APTEL
    • 1991 – 2000 : Jean-Marie GENOT
    • A compter de 2000 : Nicolas GENOT

    Récompenses aux expositions :

    • 1908 : Médaille d’Or (Salon Culinaire des Tuileries, Paris)
    • 1909 : Diplôme d’honneur (Salon Culinaire des Tuileries, Paris)
    • 1909 : Grand Prix (Exposition Internationale, Nancy)
    • 1917 : Médaille d’Or Exposition Universelle Paris.
    • 1927 : Grand Prix (Exposition de l’Hôtellerie et du tourisme, Nancy)
    • 1937 : Médaille d’Or (Exposition des arts et techniques, Paris)
    Lire plus »
  3. Découvrez la fabrication de la bergamote

    Diaporama sur la fabrication de la bergamote, spécialité de Nancy depuis le XIXe siècle.

    Qualité et réputation attribuées à l'origine géographique
    La Bergamote de Nancy
    garantie d'un lien entre un produit et son territoire d'origine
    Pourquoi choisir un produit IGP ?
    • Ce sont les seuls garantis et reconnus par l'Etat
    • Ils garantissent des aliments de qualité et typiques
    • Ils font parti de notre patrimoine alimentaire
    • Ils permettent de maintenir les emplois dans les zones rurales
    IGP: Indication Géographique Protégée
    Signe officiel de la qualité et de l'origine
    Une garantie officielle pour les consommateurs
    L'indication géographique protégée désigne un produit dont les caractéristiques :
    -sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule au moins sa production ou sa transformation
    -Un mode de production et élaboration selon un cahier des charges stricts
    C'est un signe européen qui protège le nom du produit dans toute l'Union européenne

    Les signes "officiels", ce sont:
    • une démarche collective et volontaire émanant de producteurs.
    • des conditions de production strictes validées par l'Etat.
    • des contrôles réguliers réalisés par des organismes indépendants agréés par l'Etat.

    La première confiserie labélisée IGP en France

    Après avoir obtenu en 1993 le "Label Régional Lorraine", la Bergamote de Nancy a été certifiée IGP.
    La bergamote de Nancy IGP c'est l'assurance d'une qualité constante et le plaisir de déguster une confiserie originale. N'hésitez plus, goutez-les !

    Spécialité de Nancy depuis 1857, sa notoriété a franchi les portes de la ville pour s'étendre en France et au-delà...
    La fabrication artisanale et la recette inchangée de la Bergamote de Nancy vous garantissent un goût unique comme autrefois !
    Délicatement parfumée, d'une teinte ambrée, la Bergamote de Nancy est une confiserie très raffinée.

    L'origine botanique

    Le bergamotier, arbre de la famille des rutacées, est aujourd'hui principalement cultivé dans la région italienne de Calabre.
    Son origine est incertaine, pour certains botanistes, il serait issu d'un croisement entre une orange amère et un citron vert; pour d'autres, ce serait un hybride apparu accidentellement à partir d'un citronnier.
    L'essence naturelle est extraite de l'écorce du fruit de bergamotier.
    Cette essence est utilisée dans la parfumerie, la cosmétique, le thé et bien sûr, pour créer la délicieuse saveur de la bergamote de Nancy.

    Pourquoi la bergamote à Nancy ?

    C'est dans l'ouvrage "Le cannaméliste Français" de Gilliers, chef d'office du roi Stanislas, que l'on trouve la 1ère mention de l'usage de l'essence de bergamote en Lorraine. Mais la révolution française et le blocus du sucre imposé par les anglais à Napoléon donne un coup d'arrêt à l'usage de l'essence de cet agrume et de l'industrie de la confiserie. Il faudra attendre l'arrivée du sucre de betterave pour relancer cette activité.
    C'est en 1857 que le confiseur Jean Frédéric Godefroy Lillich énoncera dans sa forme définitive le principe de fabrication de la Bergamote de Nancy, à savoir un sucre cuit parfumé à l'essence de bergamote.

    Lire plus »
  4. C'est au Programme France 2

    Louise Petitrenaud dans "En quête de terroir" essaie de déceler le secret de fabrication du macaron des Soeurs de NANCY et donne les conseils pour le déguster du mieux possible surtout lorsque le temps est sec.La Lorraine recèle plusieurs spécialités comme les macarons crées au XVI ème siècle dans un couvent par des Soeurs.Une recette qui se transmet de générations en générations et reste totalement secrète.Aujourd'hui un seul homme détient cette recette...

    Lire plus »
  5. Harrods Londres

    Le grand Atelier

    La Maison des Soeurs Macarons participe au Grand Atelier en tant qu'entreprise de la gastronomie du Patrimoine Vivant. Cet événement à pour but de présenter une sélection des meilleurs artisans, fleurons de l'art de vivre la française, dans le célébrissime magasin Harrods en plein coeur de Londres. Consultez le document de présentation du grand Atelier.
    Lire plus »
  6. Nos créations pour Pâques 2017

    Découvrez nos fabrications pour Pâques :
    -Œufs en Nougatine pure beurre amandes effilées.
    -Nos Œufs gourmands garnis, lait noisette, lait sucre de canne « Muscovado »,lait caramel beurre salé, blond biscuité.
    -Nos Œufs fruités ,chocolat lait Banane, noir Passion, noir Orange.
    -Nos Œufs « Longwy » en chocolat noir et lait crées en collaboration avec la Manufacture des Émaux de LONGWY.

    Retrouvez également notre gamme classique de poules et lapins
    -Nos poules et lapins en sucre rouge à l’ancienne
    -Notre Exclusivité maison, L’œuf « Feuille D’OR »

    Uniquement disponible en magasin.

    Lire plus »
  7. LA QUOTIDIENNE FRANCE 5

    Balade Art Nouveau à Nancy

    Reportage sur la découverte de Nancy. Ils sont passés par la Maison des Sœurs Macarons.
    Lire plus »
  8. TELEMATIN FRANCE 2

    Le secret des Macarons de Nancy

    Voir la vidéo sur les Macarons de Nancy, émission TéléMatin sur France 2 du samedi 23 avril.
    Lire plus »
  9. L'EST REPUBLICAIN

    "Le Macaron Star US" Billet de Yannick VERNINI

    Le mois dernier, Nicolas Génot revenait de Londres. L'artisan de la Maison des Sœurs Macarons avait présenté ses bergamotes chez Harrods, dans un espace dédié à l'excellence du savoir-faire français. Cette fois, c'est outre-Atlantique que ça se passe. Une fois encore, une spécialité nancéienne est mise en avant.

    Dans son édition datée de mercredi, le New York Times met en avant les macarons nancéiens. Expliquant que Nicolas Génot fabrique le célèbre biscuit sur la base d'une recette secrète, vieille de plusieurs siècles. Et histoire de planter le décor, le quotidien explique qu'en 1792, e deux religieuses bénédictines, chassées de leur couvent après que le gouvernement post-révolutionnaire français a interdit les ordres religieux, ont trouvé refuge auprès d'un médecin et ont refait leurs vies en fabriquant des macarons. » Cette mise au point historique faite, c'est une ode au biscuit - « croustillant à l'extérieur, humide et doux au milieu » - qui est déroulée. Malgré tout, le New York Times explique que si, autrefois, le macaron était « le plus exquis des petits plaisirs, aujourd'hui, il est partout, aussi ordinaire qu'un Oreos [...]

    Mais qu'avec une économie française qui se trouve dans une spirale à la baisse, que le pessimisme infecte le pays comme la moisissure noire, la pâtisserie a gagné en importance. » Le macaron, remède contre l'austérité et la morosité ambiante ? L'idée fait son chemin. Et propulse Nicolas Génot en ambassadeur de la cité ducale dans les colonnes du plus célèbre quotidien new-yorkais.

    Lire plus »
  10. THE NEW YORK TIMES

    Le Macaron est éternel

    Article paru dans l'édition papier du 22 juillet, vous pouvez lire l'article de ELAINE SCIOLINO dans l'édition numérique du NY Times.
    Lire plus »
Page