Pour en savoir un peu plus sur l'histoire du Macaron de Nancy.

Le Macaron de Nancy est entré dans le patrimoine gastronomique des Nancéiens.

Le véritable Macaron de Nancy ? C’est le « Macaron des Sœurs ». Délicieux biscuit croquant au cœur tendre, composé naturellement d’Amandes de Provence, de blanc d’œuf et de sucre. Sa recette reste secrète, et ce depuis 1793. C’est Nicolas GENOT de la Maison des Sœurs Macarons, qui possède aujourd’hui ce secret de fabrication.

Notre Maison est construite sur une tradition plusieurs fois centenaire. Elle témoigne d’une passion commune, sur la transmission d’un savoir-faire impénétrable. Le Macaron des Sœurs possède lui aussi son histoire particulière…

Une histoire de plusieurs siècles

C’est Catherine de Médicis (devenue Reine de France), qui à la Renaissance aurait apporté dans ses bagages de nombreuses pâtisseries italiennes.
Sa petite fille Catherine de Vaudémont (Catherine de Lorraine, fille du Duc de Lorraine Charles 3), devenue Abbesse de Remiremont, fonde en 1624 une Abbaye au cœur de Nancy. Celle-ci deviendra le Monastère de Notre Dame de la Consolation en 1631. Sa nièce, Marguerite de Lorraine, fait fonder en 1668 le couvent des Dames du St Sacrement. Les règles y sont très strictes, la consommation de viande est interdite. Les Sœurs fabriquent ainsi grand nombre de pâtisseries, dont le fameux Macaron. Lors de la révolution, en 1792, un décret supprime les congrégations religieuses, qui sont alors expulsées de leur couvent.

C’est alors que 2 Sœurs, Marguerite GAILLOT (Sœur Suzanne) et Marie MORLOT (Sœur Marie-Elisabeth) se réfugient chez le Dr GORMAND (médecin de la Communauté), au numéro 10 de la rue de la Hache. Pour remercier la famille, les 2 Sœurs décident de fabriquer les fameux Macarons, puis les commercialisent. La réputation de ce biscuit grandit, les Sœurs deviennent rapidement très connues et on les surnomma les « Sœurs Macarons ».
La ville de Nancy leur rendra honneur en 1951 (ou 1952), en rebâtisant une partie de la rue de la Hache « Rue des Sœurs Macarons ». A la mort de Marguerite, Marie-Elisabeth bien décidée à ne pas divulguer le secret de fabrication, appelle auprès d’elle sa nièce Elisabeth MARCHAL et son mari Nicolas MULLER, originaires de Savigny (Vosges). Tous deux deviennent pâtissiers et propriétaires et continuent la fabrication durant 3 générations.
En 1876, leur succède la famille MOINEL pendant 3 autres générations puis la famille APTEL en 1935 et enfin la famille GENOT depuis 1991.
En 1958 (ou 1952) Georges et Roger APTEL achètent un commerce de confiserie au 21 rue Gambetta et le transforment en lui donnant un peu plus tard l’enseigne « Maison des Sœurs Macarons ».
Jean- Marie GENOT, pâtissier, devient en 1991 le dépositaire de la marque « Macarons des Sœurs », et c’est en 2000 que lui succède son fils Nicolas GENOT.

Les successions

A la mort de Marguerite, Elisabeth MORLOT demande de l’aide à sa nièce Elisabeth MULLER épouse MARCHAL (originaire de Savigny), et lui transmet le secret de la recette des Macarons. Les époux MULLER-MARCHAL transmettent le secret à leur fils Mr MULLER, puis se succède deux générations de MULLER.
  • 1854 - 1876 : Elisabeth MULLER, épouse WAGNER (arrière petite nièce de Sœur Elisabeth MORLOT)
  • 1876 - 1903 : Hector MOINEL (arrière petit-neveu de sœur Elisabeth)
  • 1903 - 1919 : Alfred MOINEL (frère de Hector MOINEL et arrière petit-neveu de sœur Elisabeth)
  • 1919 – 1935 : Georges MOINEL fils
  • 1935 – 1966 : Georges APTEL
  • 1966 – 1991 : Roger APTEL
  • 1991 – 2000 : Jean-Marie GENOT
  • A compter de 2000 : Nicolas GENOT

Récompenses aux expositions :

  • 1909 : Grand Prix Exposition Internationale Nancy.
  • 1917 : Médaille d’Or Exposition Universelle Paris.
  • 1908 : Médaille d’Or (Culinaire des Tuileries, Paris)
  • 1909 : Diplôme d’honneur (Culinaire des Tuileries, Paris)
  • 1909 : Grand Prix (Exposition Internationale, Nancy)
  • 1927 : Grand Prix (Exposition de l’Hôtellerie et du tourisme, Nancy)
  • 1937 : Médaille d’Or (Exposition des arts et techniques, Paris)